Informations

Nouveaux produits

Miniatures laquées de Kholouï

Ancien centre de peuplement de ce qu'était la principauté historique de Vladimir-Souzdal, Kholouï est une petite ville de quelques milliers d'habitants située à environ 300 km au nord-est de Moscou, célèbre depuis maintenant plusieurs siècles pour ses miniatures laquées sur papier mâché, véritable chefs d'oeuvre des arts populaire de Russie.

Selo...

Ancien centre de peuplement de ce qu'était la principauté historique de Vladimir-Souzdal, Kholouï est une petite ville de quelques milliers d'habitants située à environ 300 km au nord-est de Moscou, célèbre depuis maintenant plusieurs siècles pour ses miniatures laquées sur papier mâché, véritable chefs d'oeuvre des arts populaire de Russie.

Selon la légende, les origines de ce village remontent au XIIIème siècle, lorsque les invasions mongoles obligèrent les habitants de Vladimir et des cités environnantes à se réfugier dans des endroits moins accessibles, dans le maquis et sur les rives de la Kliazma, la Nerle, l'Ovoude, la Chijigda, la Téza et le Loukh. Cette épreuve renforça la foi chrétienne orthodoxe de ces réfugiés qui se mirent à bâtir des églises et à écrire des icônes. C'est ainsi que Kholouï devint au fil des siècles un centre d'iconographie dont la renommée s'étendait dans toute la Russie et jusque dans les plus lointaines contrées orthodoxes des Balkans.

Au XIXème siècle, Kholouï devient le chef-lieu du district de Viaznikov et est déjà considéré comme l'un des foyers de la culture russe traditionnelle. L'école de dessin et d'iconographie, dirigée dans les années 1880 par Nicolas Kharlamov de l'Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, offre alors un programme de 6 ans d'études formant des élèves plus talentueux les uns que les autres dans les domaines de l'iconographie, du dessin et de la peinture bien-sûr, mais aussi dans le travail des métaux, la dorure ou encore l'anatomie plastique.

Malheureusement, la révolution de 1917 et la guerre civile qui en découla mit radicalement fin à cette situation idyllique et de nombreuses oeuvres furent détruites. Néanmoins, d'anciens peintres de Kholouï, Palekh et Fedoskino, autres foyers importants de l'art populaire russe, réussirent à sauver leur savoir et leur savoir-faire en adaptant leur art à connotation religieuse à un contexte laïque plus neutre. La méthode de peinture traditionnelle fût ainsi conservée, et seuls les supports (du papier mâché selon la technique élaborée à Fedoskino) et les représentations furent remplacés.

Après la seconde guerre mondiale, Kholouï commence à renaître de ses cendres notamment grâce à ses nouvelles miniatures laquées inspirées de contes et légendes russes. Et depuis la fin de l'union soviétique et avec la renaissance de la Russie, l'école de Kholouï peut à nouveau faire vivre son activité créatrice sans crainte de la censure et de la persécution.

La miniature peinte à la laque est le fruit d'un travail manuel à la fois artistique et artisanal, nécessitant des heures d'exécution minutieuse et une maîtrise parfaite des techniques ancestrales de Kholouï.

Détails

Miniatures laquées de Kholouï Il y a 9 produits.

Résultats 1 - 9 sur 9.
Résultats 1 - 9 sur 9.