Informations

Nouveaux produits

Boîtes laquées

La création de boîtes laquées est tout un art en Russie. Fabriquées en papier mâché selon une technique artisanale ancestrale, les boîtes sont ensuite peintes selon la technique artistique de la laque, leur donnant cet aspect à la fois si typique et si rayonnant de beauté.

Plusieurs écoles ont émergé de cet art populaire directement issu de l'ic...

La création de boîtes laquées est tout un art en Russie. Fabriquées en papier mâché selon une technique artisanale ancestrale, les boîtes sont ensuite peintes selon la technique artistique de la laque, leur donnant cet aspect à la fois si typique et si rayonnant de beauté.

Plusieurs écoles ont émergé de cet art populaire directement issu de l'iconographie : Palekh, Kholouï et Fedoskino étant à la fois les plus connues et les plus prestigieuses.

Toutes les boîtes que nous avons sélectionné et que nous vous proposons ont des pièces uniques, réalisées dans des ateliers russes par des artisans-artistes qui ont fait de cet art leur métier.

Détails

Boîtes laquées Il y a 18 produits.

Sous-catégories

  • Miniatures laquées de...

    Ancien centre de peuplement de ce qu'était la principauté historique de Vladimir-Souzdal, Kholouï est une petite ville de quelques milliers d'habitants située à environ 300 km au nord-est de Moscou, célèbre depuis maintenant plusieurs siècles pour ses miniatures laquées sur papier mâché, véritable chefs d'oeuvre des arts populaire de Russie.

    Selon la légende, les origines de ce village remontent au XIIIème siècle, lorsque les invasions mongoles obligèrent les habitants de Vladimir et des cités environnantes à se réfugier dans des endroits moins accessibles, dans le maquis et sur les rives de la Kliazma, la Nerle, l'Ovoude, la Chijigda, la Téza et le Loukh. Cette épreuve renforça la foi chrétienne orthodoxe de ces réfugiés qui se mirent à bâtir des églises et à écrire des icônes. C'est ainsi que Kholouï devint au fil des siècles un centre d'iconographie dont la renommée s'étendait dans toute la Russie et jusque dans les plus lointaines contrées orthodoxes des Balkans.

    Au XIXème siècle, Kholouï devient le chef-lieu du district de Viaznikov et est déjà considéré comme l'un des foyers de la culture russe traditionnelle. L'école de dessin et d'iconographie, dirigée dans les années 1880 par Nicolas Kharlamov de l'Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, offre alors un programme de 6 ans d'études formant des élèves plus talentueux les uns que les autres dans les domaines de l'iconographie, du dessin et de la peinture bien-sûr, mais aussi dans le travail des métaux, la dorure ou encore l'anatomie plastique.

    Malheureusement, la révolution de 1917 et la guerre civile qui en découla mit radicalement fin à cette situation idyllique et de nombreuses oeuvres furent détruites. Néanmoins, d'anciens peintres de Kholouï, Palekh et Fedoskino, autres foyers importants de l'art populaire russe, réussirent à sauver leur savoir et leur savoir-faire en adaptant leur art à connotation religieuse à un contexte laïque plus neutre. La méthode de peinture traditionnelle fût ainsi conservée, et seuls les supports (du papier mâché selon la technique élaborée à Fedoskino) et les représentations furent remplacés.

    Après la seconde guerre mondiale, Kholouï commence à renaître de ses cendres notamment grâce à ses nouvelles miniatures laquées inspirées de contes et légendes russes. Et depuis la fin de l'union soviétique et avec la renaissance de la Russie, l'école de Kholouï peut à nouveau faire vivre son activité créatrice sans crainte de la censure et de la persécution.

    La miniature peinte à la laque est le fruit d'un travail manuel à la fois artistique et artisanal, nécessitant des heures d'exécution minutieuse et une maîtrise parfaite des techniques ancestrales de Kholouï.

  • Miniatures laquées de...

    La petite ville de Palekh est située à 360 km à l'est de Moscou, dans la région d'Ivanovo. Tout comme Kholouï, Palekh fût un grand centre de peintures d'icônes (ou plus exactement d'écriture d'icônes, puisqu'une icône ne se peint pas, elle s'écrit). Palekh est mentionné comme tel depuis le XVIIème siècle, mais contrairement à Kholouï, l'iconographie était plutôt un métier artisanal familial et le savoir-faire était transmis de génération en génération au sein des familles d'artisans artistes.

    Malheureusement, la tristement célèbre révolution de 1917 a mis un terme à toute activité d'iconographie, non seulement à Palekh mais aussi dans toute la Russie. Les icônes furent détruites et les artistes et iconographes étaient considérés comme des ennemis du communisme bolchevique et persécutés en raison de leur travail, leur passion et leurs croyances. Certains anciens artistes retournèrent à l'agriculture alors que d'autres s'essayèrent à différents jobs dans la cordonnerie ou la création de jouets par exemple.

    On raconte qu'en 1922, lors d'une visite au musée de l'artisanat à Moscou, Ivan Golikov s'inspira d'une boîte en papier mâché de Fedoskino et se mit à peindre de nouvelles pièces de papier mâché en utilisant les techniques d'iconographie de Palekh et la technologie du travail de la laque de Lukutine.

    La période soviétique exigeait de revoir les thèmes et les sujets d'expression artistique. Les artistes de Palekh choisirent ainsi de représenter des scènes de paysannerie ou de la vie de tous les jours (des pêcheurs, des chasseurs, des gens à cheval, dansant, etc), ainsi que des illustrations de contes folkloriques russes ou de poésie de Pouchkine, Lermontov, Gorki et tant d'autres.

    De nos jours, de nombreux artistes talentueux se sont organisés en plusieurs ateliers afin de perpétuer les techniques traditionnelles de Palekh.

  • Miniatures laquées de...

    Le petit village russe de Fedoskino est souvent considéré comme le précurseur de l'art de la laque, art traditionnel typique de Russie.

    Les miniatures laquées constituent un art décoratif unique en leur genre. Fabriquées à partir de papier mâché, l'objet brut est ensuite peint selon des techniques issues de l'iconographie. Chaque école (Fedoskino, Palekh, Kholouï ou encore Mstera) a développé ses propres spécificités, Fedoskino étant la plus ancienne de ces écoles d'arts populaires.

    Ainsi, à Fedoskino, le support en papier mâché est recouvert à la main d'un apprêt spécial constitué d'un mélange savamment pensé de vernis et de blanc de céruse. Après séchage, la surface est ensuite saupoudrée d'une poudre à base d'aluminium. Les dessins sont ensuite peints avec plusieurs couches de peinture à l'huile. Une originalité importante de Fedoskino est l'application de matériaux nobles tels des feuilles d'or, des alliages métalliques et/ou du nacre qui vont permettre de réfléchir la lumière à travers les couches de peinture, ce qui donne une luminosité et une profondeur tout simplement magiques.

    Toutes les pièces que nous vous proposons sont des pièces uniques, entièrement réalisées à la main par des artisans du village russe de Fedoskino.

Résultats 1 - 18 sur 18.
Résultats 1 - 18 sur 18.